La plupart des enfants vont vivre le deuil d’un être proche pendant leur enfance. Aux États-Unis, un enfant sur vingt vit le deuil de l’un de ses parents avant 16 ans.

L’article souligne que malgré la prévalence élevée du deuil des enfants, de nombreux pédiatres ne se trouvent pas à l’aise pour en parler avec les enfants et les aider.

L’article donne quelques recommandations pour aider les enfants pendant leur deuil afin qu’ils comprennent mieux ce qui s’est passé.

Commencer la conversation

Inviter les enfants à parler de leurs sentiments leur permet d’exprimer leur tristesse. Il faut les écouter, les observer et leur laisser l’espace dont ils ont besoin. L’utilisation de techniques d’expression, comme le dessin, peut aussi aider à faire parler l’enfant.

Comprendre la mort

Lorsqu’un enfant vit le deuil d’un proche à un âge précoce, il ne peut pas tout comprendre de la mort et de ses implications. Même s’ils ont une grande capacité de résilience, surmonter un deuil prend de six mois à un an chez les enfants. La première année après le décès d’un proche présente plusieurs défis à gérer, notamment l’anniversaire de la personne décédée.

Adolescents

Un grand nombre d’adolescents reçoivent une explication ou un soutien limité après le décès d’un proche. Un décès peut aggraver les problèmes scolaires et personnels chez les jeunes.

La faute et la honte

Lors d’un décès, les enfants pensent souvent qu’ils ont fait quelque chose de mal ou qu’ils auraient pu éviter la mort de cette personne. Beaucoup d’adultes se sentent également coupables, mais il n’existe aucune logique, aucune raison objective pour se culpabiliser d’un décès.

Lorsque les enfants apprennent que la cause du décès est le suicide, une addiction ou une activité criminelle, ils peuvent avoir honte de la personne décédée.

Assistance lors des funérailles

Il est recommandé que les enfants participent aux funérailles s’ils le désirent. Ils doivent recevoir toutes les informations nécessaires, en connaître le déroulement, la façon dont les proches peuvent réagir, savoir qui sera présent.

Le travail à l’école

Il est en général préférable que les familles prévoient les difficultés de concentration et d’apprentissage des enfants après un décès.

Préparation des professionnels

De nombreux pédiatres ont une formation limitée en matière de soutien au deuil des enfants.

 


Source : Schonfeld, D. J., Demaria, T. Supporting the Grieving Child and Family. Committee on psychosocial aspects of child and family health, disaster preparedness advisory council. Janvier, 2016. Disponible sur : http://pediatrics.aappublications.org/content/early/2016/08/25/peds.2016-2147