Ce document rédigé à l’attention des professionnels et des services de santé mentale australiens apparaît comme un guide pour la promotion et la mise en place en Australie de services de soins de santé mentale orientés autour du rétablissement.

De tels services se distinguent de ceux dits traditionnels par la centralité qu’ils donnent à la fois aux patients et au savoir non institué. Le document insiste en effet sur le fait que ces services doivent être tenus par des personnes ayant elles-mêmes vécu une expérience de troubles psychologiques et de rétablissement complet. L’approche orientée autour du rétablissement se démarque également de celle de réhabilitation psychosociale en se focalisant davantage sur les déterminants sociaux du processus de rétablissement. Les services doivent ainsi se tourner vers l’extérieur et l’ensemble des institutions locales afin de contribuer à la mise en place de nouvelles stratégies d’inclusion sociale.

Ce guide structure l’ensemble de ces caractéristiques conceptuelles autour de 5 domaines principaux, chacun regroupant plusieurs « capacités spécifiques » :

– La promotion d’une culture et d’un langage d’espoir et d’optimisme :

  • L’élément clé de ce type de service est ici la valorisation du patient, laquelle passe par la création d’un climat chaleureux et sûr, propice à l’épanouissement et à l’établissement de relations de confiance.

– La mise en œuvre d’une approche holistique : « la personne en premier ».

  • Se centrer sur l’individu et s’adapter à la diversité de la population.
  • Répondre aux attentes et besoins spécifiques de l’ensemble des minorités, qu’il s’agisse des minorités aborigènes ou des populations d’immigrés ou de réfugiés.
  • S’adapter aux spécificités relatives à l’âge, au sexe, culturelles et religieuses, ainsi qu’à celles liées à la sexualité.
  • Répondre aux attentes des familles, aides et auxiliaires.

– Une stratégie d’aide au rétablissement personnel :

  • Promouvoir l’autonomie et l’autodétermination des patients, se centrer sur leur potentiel, leurs capacités personnelles, leurs ressources propres. Le processus doit tendre à la responsabilisation du patient et à la prise en main de sa propre vie et de son bien-être personnel. Pour ce faire, il est important qu’il puisse jouer un rôle actif dans la relation thérapeutique elle-même, notamment à travers la collaboration, le partage, l’apprentissage continu et les pratiques réflectives.

Une nouvelle structure organisationnelle :

  • Mettre en œuvre une politique claire de recrutement et de valorisation des efforts à travers la définition de critères d’implication, du profil souhaité et de la mentalité particulière à rechercher chez les acteurs de ce type de services.
  • Reconnaître, valoriser et apprendre de l’expérience vécue des équipes formées pour ces services. Encourager le rôle central des travailleurs-pairs ou médiateurs, notamment en terme de relations de confiance avec le patient.
  • Établir des partenariats avec d’autres organisations au sein ou extérieures au secteur de la santé pour la promotion du rétablissement dans les domaines de l’éducation, de la formation, de la réhabilitation et de l’aide, des loisirs, du support familial, de l’hébergement et du volontariat.

La santé, la santé mentale et le bien-être considérés comme déterminants sociaux :

  • Faciliter l’insertion sociale et la promotion des déterminants sociaux à travers la création d’opportunités et la prise en compte de facteurs extérieurs tels que le logement, le transport, le travail, …
  • Mettre en œuvre des stratégies de lutte contre les situations de stigmatisation et de discrimination au sein et en dehors des services.
  • Établir des partenariats avec les collectivités locales et l’ensemble des organisations de la communauté. Les professionnels doivent être capables de fonctionner comme des guides et faciliter l’accès aux ressources locales disponibles.

L’objectif de la promotion et de l’adoption d’une perspective de soins orientés autour du rétablissement des patients des services de santé mentale est de permettre à chaque patient de trouver la meilleure combinaison de services, de traitements et d’aides, et d’éliminer toute forme de discrimination en levant les barrières à un plein accès au monde du travail, à l’éducation et à la vie en communauté.

 


Source d’information : http://www.health.gov.au/internet/main/publishing.nsf/Content/67D17065514CF8E8CA257C1D00017A90/$File/recovgde.pdf